MALICE DIVINE - malice divine

C'est à Toronto que nous mène l'album de la semaine. Paru en février dernier ( le 19 pour être exacte ), Malice Divine est le premier disque du groupe du même nom. Enregistré et mixé par Tyler Williams au Monolithic Production et masterisé par Lasse Lammert ( Alestorm, Demons & Wizard, Gloryhammer... ), le disque s'annonce particulièrement intéressant ! 

 

Derrière se projet se cache un musicien talentueux, Ric Galvez ( ex- Astaroth ). Diplômé en musique à l'université de York, le multi-instrumentiste a dévoilé en début d'année son projet fou, un disque aux consonnances black/death mélodiques et acoustiques. Côté studio, c'est en duo que la magie opère avec Dylan Gowan ( Vesperia, Iomar ) à la batterie, et le moins que l'on puisse dire c'est que les deux comparses ont un jeu absolument complémentaire ! 

Avec plus de 56 minutes d'audio, Malice Divine n'a pas l'intention de se faire discret pour son arrivée dans l'industrie musicale. Dès les premiers titres on se rend aisement compte de la qualité proposée, aussi bien en terme de composition que de réalisation. Rien ne laisse transparaître qu'il s'agit là d'un premier album, sans doute grâce aux différentes expériences de Ric et Dylan, mais aussi de part leur professionnalisme, leur technicité sans faille et leur implication dans chaque note. Les morceaux s'enchainent, alternants de longues introductions acoustiques et de puissants riffs agressifs. Des solos vertigineux se mêlent à l'ensemble ici et là, offrant un pannel d'ambiances et d'atmosphères variées (on notera notamment l'excellent Malicious Divinity, ou encore les non moins mauvais In Time et The Transcendence Of Isolation ). Si les morceaux sont longs, ils sont néanmoins suffisamment structurés et nuancés pour maintenir l'intérêt de l'auditoire, c'est le cas entre autre de Into Subconscious Depths, véritable condensé de tout ce que l'album a à offrir, et sans conteste l'un des meilleurs et des plus efficaces morceaux de cet EP. Les aptitudes de Ric Galvez  s'étendent au delà des instruments à cordes, comme il nous le prouvera derrière le micro. Tout au long de l'album il offre un chant gutural de qualité et nous fait part de l'envergure de ses capacités sur le titre Triumphant Return 

 

A la croisée de groupes tels que Wintersun Immortal, Death, ou encore Skeletonwitch le one man band canadien livre un premier album réussi et marquant. Entre black metal, death metal, guitare classique et mélodie, le pari est remporté haut la main et nous donne envie d'en entendre d'avantage. Esprérons donc que ce ne soit pas le dernier ! 

 

Telechargement 3

Telechargement 2

Album complet à découvrir par ici

Ajouter un commentaire

 
×